Tout a commencé à l’âge de 15 ans, sur un rebord de fenêtre avec quelques cactus.

À 15 ans, nous emménagions à Laval (53) avec ma famille. Quelques temps après, je fais la connaissance du père d’une amie, à la retraite. Collectionneur assidu de cactus, il m’avait donné quelques boutures et des semis de cactus. Chaque semaine, en leur rendant visite, je repartais avec des plantes ou graines. Ma collection se développa et mon rebord de fenêtre fut insuffisant pour accueillir l’ensemble de mes acquisitions. Un jardin fut indispensable.

Les cactus étaient pour moi une sorte de drogue. Oui… une drogue ! Quelque soit la région où je débarquais pour des vacances ou autres, je ne demandait pas ce qu’il y avait à visiter, mais où trouver des cactus et des succulentes.
Au fil des années, ma collection a pris beaucoup d’ampleur avec plusieurs centaines de plantes dont plusieurs dizaines de don de particuliers.

En 2005, après l’achat d’une propriété à côté de Rennes, j’ai commencé à mettre en place un jardin, le Jardin Exotique de Cosy Home. Tout cela m’a poussé à monter une serre, pour y mettre ma collection composée d’un grand nombre d’opuntias, plus de 170 variétés sur les 250 répertoriées au monde.

collection cactus jardin exotique cosy home rennesJ’ai connu une période où ma collection dépassait les 1400 cactus dont certains mesuraient plus de 3 mètres. Mais tous les ans, à cause de l’humidité, je subis des pertes même si certains cactus restent très robustes avec des résistances jusqu’à -25/-30°.
Ils sont faciles à entretenir. Laissez-vous séduire par leur beauté au charme piquant !

Ce qui me plaît chez eux, c’est leur originalité ! L’expression “qui s’y frotte, s’y pique!” me plait bien, même si l’origine vient du porc-épic sous Louis XI.

Après une longue période de bouderie, pour ne pas dire de traversée du désert, les cactées reviennent en vogue. Divinement architecturées, elles s’inventent des formes de cierge, de sphère, de raquette, de rocher ou de coussin joufflu, armées de féroces aiguillons. La grande surprise chez les cactus, c’est sa floraison extrêmement délicate, parfois parfumée. Fascinante car éphémère, la fleur aux couleurs chatoyantes, surgit après des années de culture, comme un cadeau précieux.

Le point critique de la culture des cactées est l’hiver. Ces plantes doivent subir un net arrêt dans leur végétation. C’est d’ailleurs le seul moyen de les voir fleurir. D’octobre à mars, il faut respecter leur sommeil en supprimant les arrosages et en les disposant dans un endroit frais, aux alentours de 5°C. Au retour de la belle saison vers le mois de mai, une partie de la collection retrouve ses quartiers d’été (le jardin), les autres restent dans la serre pour de longs bains de soleil.

 

Les Cactus, Cactées ou encore Cactacées (Cactaceae) sont une grande famille de plantes à fleurs. Ce sont presque toutes des plantes grasses ou plantes succulentes, c’est-à-dire des plantes xérophytes qui stockent dans leurs tissus des réserves de «suc» pour faire face aux longues périodes de sécheresse. Attention, le terme de plante succulente ou plante grasse n’est pas scientifique. C’est une expression courante désignant des plantes vivant dans des milieux arides.

La famille des Cactaceae est une très grande famille de plantes qui comprend environ 2500 espèces réparties en près de 90 genres.

On les appelle succulentes à tige charnue, ce terme faisant référence à une stratégie d’adaptation aux conditions extrêmes de leur environnement. Les cactus peuvent survivre pendant de longues périodes sans recevoir la moindre goutte d’eau. Pour lutter contre la sécheresse, ces plantes étranges n’ont plus de feuilles qui transpirent, mais des aréoles : sortes de point de croissance qui supporte des épines, poils, fleurs, fruits et les nouvelles pousses.

Les tissus charnus gorgés de sucs des tiges et des racines agissent comme de véritables réservoirs d’eau et de nourriture. Souvent cireux ou poudré, l’épiderme épais est blindé contre toute fuite, réduisant l’évaporation et la brûlure du soleil. Quant à leurs silhouettes massives, elles sont architecturées par des reliefs, crevasses, rainures et côtes saillantes qui créent pour la plante son propre ombrage.

Ils aiment les extrêmes, un cactus à besoin de lumière, beaucoup de lumière. Les cactées sont quasiment les seules plantes d’appartement que vous pouvez placer derrière une fenêtre plein sud, même sans voilage. On les cultive dans une serre chauffée ou un appartement lumineux. S’il est plus difficile de faire mourir un cactus de soif que d’excès d’eau, sa bonne croissance est toutefois liée à un arrosage très léger pendant la période de végétation, à raison d’une fois par semaine en été s’il fait très chaud.

Le cactus vient uniquement d’Amérique Centrale et du Sud. On les trouve aussi bien dans les hautes montagnes que dans les Caraïbes tropicales. Dans leur pays d’origine, les saisons se partagent généralement en trois périodes bien distinctes: la saison chaude et humide qui correspond à la période de croissance de la plante; la saison sèche et torride durant laquelle la plante fleurit et fructifie, puis la saison froide et parfois même très froide, pendant laquelle le végétal est au repos. Les cactus poussent principalement dans les régions arides du globe, tels que les déserts. On les retrouve aujourd’hui au Mexique, aux États-Unis (désert des Mojaves), sur le pourtour méditerranéen (Grèce, Maroc…), ainsi que dans certaines régions du Sahara et d’Australie.

Certaines familles de plantes ressemblent fortement aux cactus. C’est le cas par exemple des euphorbes cactiformes comme Euphorbia Canariensis, mais ce ne sont pas des cactus.

Pour distinguer les vrais cactus des plantes qui leur ressemblent, il faut se reporter aux critères d’appartenance à la famille des Cactaceae. L’identification se fait par la présence d’aréoles, et, comme plus généralement en botanique, par les fleurs et les fruits.

Contrairement aux croyances populaires, les cactacées ne sont pas considérés comme étant des arbres. Les cactus couvrent un large éventail de formes et de tailles. On en trouve de forme sphériques, cylindriques, en forme de pilier, avec des feuilles pointues ou en forme de raquettes appelées cladodes… Le plus grand est Pachycereus Pringlei, avec une taille de plus de 19 mètres, et le plus petit est Blossfeldia Liliputiana, à rasion d’1 cm de diamètre à taille adulte.

Substrat: Les cactus poussent dans des sols pauvres et arides. Le substrat doit permettre aux racines de s’aérer et doit être parfaitement drainé pour empêcher l’eau de stagner au niveau des racines, car l’humidité favorise le développement de pourritures qui tueraient le cactus.

Le substrat “idéal” est constitué de 1/3 de terreau, 1/3 de sable grossier de rivière et 1/3 de terre de jardin. N’oubliez pas de mettre, dans le fond du pot, des graviers ou des morceaux cassés d’un pot en terre cuite, ou encore des billes d’argile !

Lumière : Les cactées ont besoin d’un maximum de lumière. Placez-les devant les fenêtres ! Et après l’hivernage, ne les exposez pas directement en plein soleil, mais de façon progressive.

Arrosage : En hiver, les cactus entrent en mode repos. Ne les arrosez pas de septembre/octobre à avril/mai. Le repos hivernal au froid (5 à 10 °C en général) et au sec est essentiel pour les cactus. Espacez les arrosages à l’automne pour les reprendre progressivement au printemps. En été, arrosez de manière à ce que toute la terre du pot soit mouillée et l’excédent d’eau évacué. Attendez que le substrat soit sec pour arroser. Un bon arrosage une fois par semaine suffit, mais les cactus peuvent se passer d’eau longtemps.

Attention : Après un rempotage, n’arrosez pas immédiatement le cactus afin de permettre la cicatrisation des racines blessées, sinon ces dernières risqueraient de pourrir.

Rempotage : Pour renouveler les substances nécessaires à leur croissance, ou si le volume du cactus est devenu supérieur au volume de son pot, il faut rempoter les cactus, en général tous les 2 à 4 ans. Les cactées n’aiment pas l’excès de nourriture. Le cactus se développera bien si le volume du pot n’est pas trop supérieur au volume de la plante; le nouveau pot de rempotage ne devra pas être supérieur au double du volume du cactus. Sortez le cactus de son pot et faites tomber délicatement une bonne partie de l’ancien substrat puis placer la plante dans son nouveau pot. N’arrosez jamais un cactus après un rempotage, mais attendez au moins une semaine afin de permettre une bonne cicatrisation des racines.

Pour saisir un cactus, on peut utiliser du journal replié plusieurs fois, c’est très efficace.

Multiplication : Les moyens les plus simples pour obtenir de nouveaux cactus sont la division et le bouturage. Le semis est plus délicat mais possible également.

La division : Retirez le cactus de son pot et séparez délicatement les différentes touffes ou les rejets qui constituent le cactus. S’il est nécessaire d’utiliser un couteau ou un sécateur, nettoyez-le bien en stérilisant la lame à l’alcool ou à la flamme au préalable. Laissez la plante cicatriser à l’air libre à l’abri du soleil et de l’humidité quelques jours.

Le bouturage : Cette technique permet facilement la multiplication des cactus. Elle permet aussi de sauver un cactus si celui-ci souffre d’une maladie. A l’aide d’un couteau ou d’un sécateur parfaitement propre, sectionnez la partie du cactus à bouturer. Laissez la partie sectionnée cicatriser à l’air libre, au frais et au sec de 1 à 4 semaines suivant la largeur de la section coupée. On peut planter la bouture cicatrisée directement dans un substrat drainant, mais on augmentera le pourcentage de survie en provoquant, au préalable, le développement de petites racines à sa base. Pour cela, mettez la partie sectionnée et cicatrisée dans du sable humide ou dans un pot vide et posez le pot vide contenant le cactus sur de la terre humide en arrosant parcimonieusement. Le cactus développera de petites racines à sa base sectionnée. Les périodes les plus favorables pour le bouturage sont le printemps ou la fin de l’hiver, compte tenu du temps de cicatrisation, ou encore au début de l’été.

Si vous êtes aventurier-ère, essayez les semis. Pour attraper le virus du cactophile, essayez, au printemps, le semis en terrine de quelques graines achetées en jardinerie. Pour bien germer, la semence doit recevoir une chaleur de fond. Placez les semis, par exemple, au-dessus d’un radiateur devant la fenêtre. Vous verrez, ça prend beaucoup plus vite qu’on ne le pense. C’est un moyen très simple et bon marché pour commencer une collection.