Jardin exotique de Cosy Home

Les bégonias Semperflorens

Il sont bien connus en horticulture. Ils sont buissonnants, compacts et possèdent des tiges quelque peu succulentes. Les feuilles ovales ont une surface luisante et lisse. Dans la plupart des cas, les feuilles sont vertes, mais quelques variétés ont un feuillage rouge bronze à rouge noir. La floraison est abondante et durable. Les fleurs sont blanches, roses ou rouges. La plupart des bégonias Semperflorens-cultorum sont faciles à cultiver.

 

Les bégonias Rex-cultorum

Ce groupe de bégonias, bien connu pour la coloration variable des feuilles est certainement l’un des plus appréciés. Son développement a débuté en 1856 quand le Begonia rex fut croisé avec d’autres espèces asiatiques au feuillage ornemental : B. annulata, B. decora, B. diadema, B. robusta, B. tenuifolia et B. xanthina.

À cause de ces nombreux croisements, les bégonias Rex-cultorum présentent une grande variation dans la grandeur, la forme et la couleur des feuilles.

Généralement les bégonias de ce groupe ont une courte tige. Les feuilles possèdent une forme cordée et peuvent être plus ou moins lobées. Elles peuvent être argentées, vertes, colorées en tout ou en partie de rose, de marron, de brun chocolat, ou presque noires, par exemple.

Les bégonias tubereux, bulbeux

Ils produisent des bulbes ou des organes semblables. Mais la seule espèce à posséder réellement un bulbe serait le Begonia socotrana, une plante endémique de l’île Socotra.

Tous les cultivars de ce groupe ont des fleurs simples allant du blanc au rose. Certains cultivars de bégonias Cheimantha sont difficiles à cultiver et demandent des attentions particulières. Il comprend des formes au port dressé ou retombant et présente une grande diversité au niveau du feuillage et de la floraison. Le diamètre de la fleur varie de 4 à 20 cm ; elle peut être simple, semi-double ou double. Les pétales sont plats ou frisés. Leur couleur est blanche, crème, jaune, orange, rose, rose abricot, rose saumon, rouge brillant, rouge pourpre ou pourpre foncé. Les bégonias de ce groupe possèdent des tubercules vivaces, semi-succulents, de forme aplatie, et des tiges d’une longueur de 10 à 30 cm, généralement munies de poils. La marge des feuilles, dentées et frangées, est munie de poils.

Les bégonias semi-tubéreux présentent une protubérance irrégulière qui ressemble à un tubercule. Au niveau du sol, cette formation apparaît comme un épaississement plus ou moins anarchique de la tige. Un bégonia semi-tubéreux bien connu est l’espèce sud-africaine Begonia dregei.

Les bégonias rhizomateux

Avec plus de 650 espèces et cultivars de bégonias rhizomateux sont couramment cultivés. On les cultive principalement pour la forme, la texture et les couleurs variées de leur feuillage. Les feuilles peuvent être peltées (Begonia clypeifolia, Begonia nelumbiifolia) lobées ou composées (Begonia carolineifolia, Begonia thiemi).

Comme le nom l’indique, les bégonias de ce groupe possèdent un rhizome. Le rhizome est une tige épaisse munie d’entrenoeuds très courts. Suivant les espèces, il peut être souterrain, rampant ou dressé. Dans la collection du jardin, cette espèce étant ma préférée.

La grosseur des rhizomes peut varier de 0,18 à 8 cm et plus. Le degré de floraison, qui varie énormément d’une espèce à l’autre, est sensible aux conditions de culture.

La majorité des espèces rhizomateuses du Jardin proviennent en grande partie d’Amérique, mais nous en avons aussi des Antilles, d’Asie, d’Afrique et d’Océanie.

L’intérêt pour les bégonias rhizomateux est réellement né de la découverte du Begonia bowerae en 1948 par Thomas MacDougall. À partir du B. bowerae, qui possède de petites feuilles vertes dont les nervures principales sont bordées de deux bandes noires, on a créé au-delà de 130 cultivars. Thomas Mac Dougall est un botaniste-explorateur américain qui mourut lors d’une expédition au Mexique en 1973 ; il fit périodiquement des voyages dans ce pays pour récolter des plantes. Il découvrit plusieurs nouvelles espèces de bégonias, entre autres, les B. cavum, B. kenworthyae et B. mazae.

Nous trouvons aussi des bégonias rhizomateux africains, fort intéressants, bien qu’ils soient moins répandus en culture, par exemple le B. quadrialata et le B. clypeifolia. Le B. quadrialata, qui doit être cultivé en terrarium, possède de petites feuilles dont la surface supérieure est veloutée. Dans son milieu naturel, il croît dans les endroits humides, sur les parois des rochers. Le B. clypeifolia, même s’il est très peu cultivé, est connu depuis longtemps, puisqu’il fut décrit par J.D. Hooker en 1811. Cette espèce de la forêt tropicale africaine possède un rhizome rampant qui porte des feuilles peltées d’un vert luisant. Les fleurs sont jaune clair. Une autre espèce de bégonia fort intéressante nous vient d’Asie : le B. roxburghii. Chez ce bégonia, originaire de l’Himalaya et de Birmanie, les fleurs mâles et femelles sont placées sur des plantes différentes. Au Jardin, nous n’avons que des plantes femelles. Elles possèdent des tiges dressées, munies de feuilles vert luisant.

Les bégonias au port arbustif ou buissonnant

Les bégonias au port arbustif sont cultivés principalement pour leur feuillage aux formes et aux couleurs variées. Le Begonia acutifolia, découvert en 1688 par Hans Sloane, en Jamaïque, fut probablement le premier bégonia de ce groupe à être connu. Il possède des feuilles acuminées, dentées et pubescentes. Un des bégonias les plus connus de ce groupe est sûrement le Begonia listada, originaire du Brésil. On le cultive pour ses feuilles vertes foncées, traversées par une ligne émeraude. Les deux espèces sud-américaines, B. verrosa avec ses feuilles velues et le B. mollicaulis qui fleurit abondamment appartiennent aussi à ce groupe, de même que le B. serratipetala qui porte des feuilles rouges, profondément dentées.

Les bégonias à tiges épaisses

Le petit groupe des bégonias à tiges épaisses est surtout cultivé par les collectionneurs et ceux qui font des croisements.

Le Begonia dichotoma qui fut découvert dans des forêts humides près de Caracas, a été introduit en Angleterre par Thomas Hoy en 1800. En 1826, Johnston envoya des graines de B. dipetala, espèce originaire de Bombay, en Inde, au Jardin botanique d’Edimbourg. Cette espèce très appréciée des collectionneurs produit de grandes fleurs roses à l’aisselle des feuilles.

Les bégonias au port type bambusiforme

Les bégonias au port de bambou sont généralement cultivés pour leurs longues inflorescences pendantes. L’un des représentants les plus typiques de ce groupe est le Begonia coccinea. Cette espèce, originaire du Brésil, fut introduite en Angleterre en 1841 par William Lobb. Les tiges, qui peuvent atteindre 1 mètre 50 de haut voir plus, portent de grandes fleurs rouges pendantes.

C’est dans ce groupe que l’on trouve les anciens cultivars ‘Président Carnot’ et ‘Lucerna’. Le premier, nommé en l’honneur du Président de la République française de l’époque, fut créé en 1890 par Crozy à Lyon. Wettstein, un jardinier de Lucerne, en Suisse, a créa le B. ‘Lucerna’ en 1892. Ces deux bégonias possèdent de grandes tiges dressées munies de fleurs rouges.

Les bégonias rampants

Le petit groupe des bégonias rampants et grimpants contient des espèces fortes intéressantes. Ces bégonias viennent surtout d’Amérique du Sud et d’Afrique.

La première espèce de ce groupe, Begonia glabra, fut découverte en 1775, par Fusée Aublet, en Guyane française. Au printemps, cette espèce produit une grande quantité de fleurs blanches.

Nous rappelons que certaines de nos variétés sont disponibles à la vente dans notre petite boutique à partir du printemps jusqu’à l’automne. Ces quelques ventes nous permettent de réinvestir dans de nouvelles plantes. Pour les collectionneurs intéressés, nous mettons un grand nombre de plantes disponibles pour des échanges : méthode permettant à tout collectionneur de faire grossir sa collection et ainsi perpétuer cette magnifique passion à d’autres.